Histoire de Kuala Lumpur

Skyline Kuala Lumpur background Malaysia Petronas Twin
⌛ Temps de lecture : 7 minutes
5/5 - (13 votes)
Kuala Lumpur, capitale de la Malaisie. La ville est située dans le centre-ouest de la péninsule malaise, à mi-chemin de la ceinture d’étain et de caoutchouc de la côte ouest et à environ 25 miles (40 km) à l’est de son port maritime, Port Kelang, sur le détroit de Malacca. C’est la plus grande zone urbaine du pays et son centre culturel, commercial et de transport. En 1972, Kuala Lumpur a été désignée comme municipalité, et en 1974, cette entité et les parties adjacentes de l’État voisin de Selangor sont devenues un territoire fédéral.
 
Kuala Lumpur Malaysia
 
Kuala Lumpur se trouve dans un pays vallonné, à cheval sur le confluent des rivières Kelang et Gombak ; son nom en malais signifie “estuaire boueux”. La chaîne principale de la Malaisie s’élève à proximité au nord, à l’est et au sud-est. Le climat est équatorial, avec des températures élevées et une humidité qui varie peu au cours de l’année. La région reçoit environ 95 pouces (2 400 mm) de pluie par an ; les mois de juin et juillet sont les plus secs. Superficie territoire fédéral, 94 miles carrés (243 km carrés). Population (2009 est.) ville, 1,493,000 ; (2010) territoire fédéral, 1,674,621.
 

Histoire

L’origine de Kuala Lumpur remonte à 1857, lorsqu’un groupe de 87 mineurs d’étain chinois a fondé une colonie dans ce qui est aujourd’hui la banlieue d’Ampang. Bénéficiant d’une position stratégique sur les deux vallées fluviales, la communauté a prospéré en tant que centre de collecte d’étain, malgré son emplacement dans la jungle, où sévit la malaria. En 1880, Kuala Lumpur a remplacé Klang (aujourd’hui Kelang) en tant que capitale de l’État, et sa croissance rapide par la suite a été attribuée à Sir Frank Swettenham, résident britannique après 1882.
 
Sultan Abdul Samad Building Malaysia Kuala Lumpur
 
Il a lancé la construction de la ligne de chemin de fer Klang-Kuala Lumpur et a encouragé l’utilisation de la brique et de la tuile dans les bâtiments comme précaution contre les incendies et comme moyen d’améliorer la santé. La position centrale de la ville a conduit à son choix comme capitale des États malais fédérés (1895).
 
La ville a été occupée par les Japonais (1942-45) pendant la Seconde Guerre mondiale. Sa population a fortement augmenté dans les années d’après-guerre au cours d’une longue insurrection de guérilla menée par les communistes (1948-60), et dans le cadre d’un programme de réinstallation, de nouveaux villages ont été créés à la périphérie de la ville. Kuala Lumpur est devenue la capitale de la Fédération indépendante de Malaya en 1957 et de la Malaisie en 1963. La croissance se poursuit, stimulée par le développement industriel ; la population atteint un demi-million d’habitants au milieu des années 1960 et dépasse le million au début des années 1980.
 
La croissance démographique a toutefois entraîné une congestion accrue qui, avec les bureaux du gouvernement malaisien dispersés dans la ville, a entravé l’administration. Par conséquent, de nombreux bureaux fédéraux ont été déplacés vers la nouvelle ville de Putrajaya, à environ 25 km (15 miles) au sud de Kuala Lumpur, au début du 21e siècle. Putrajaya est ensuite devenue le centre administratif du pays, tandis que Kuala Lumpur est restée la capitale.
 
Thean Hou Temple Kuala Lumpur Malaysia
 

La ville contemporaine

La ville est un mélange d’architecture moderne et traditionnelle ; des structures telles que des gratte-ciel de verre et de béton, d’élégantes mosquées, des shop-houses chinoises (magasins familiaux avec le commerce au rez-de-chaussée et l’espace de vie de la famille à l’étage), des cabanes de squatters et des kampungs (“villages”) sur pilotis malais trahissent des influences occidentales, moyen-orientales, est-asiatiques et locales.
 
Si son centre, situé le long de la Kelang, est très encombré, sa zone municipale et ses banlieues sont bien planifiées. Le quartier commercial, appelé le Triangle d’or, est concentré sur le côté est du fleuve. Parmi ses gratte-ciel élégants, on trouve deux des plus hauts bâtiments du monde : les tours jumelles Petronas de 452 mètres (1 483 pieds), conçues par l’architecte argentino-américain Cesar Pelli, et l’un des plus hauts mâts de radiodiffusion et de télécommunications, la tour Kuala Lumpur de 421 mètres (1 381 pieds).
 
Petronas Twin Towers Malaysia Kuala Lumpur Associates
 
Les bâtiments gouvernementaux et la célèbre gare ferroviaire (tous influencés par le design mauresque) se trouvent sur la rive ouest vallonnée du fleuve. Ce noyau est entouré d’une zone de boutiques chinoises en bois à deux étages et de zones résidentielles mixtes composées de kampungs malaisien, de bungalows modernes et d’appartements en briques à revenus moyens. Le secteur exclusif de Bukit Tunku (ou Kenny Hills) est une vitrine pour les habitations haut de gamme et autres structures qui mélangent plusieurs styles architecturaux.
 
Les Malaisiens, qui sont musulmans, constituent le plus grand groupe ethnique de la ville. Cependant, malgré la prédominance des dômes et des minarets associés à l’architecture islamique, les Chinois non-musulmans dominent la ville et son économie. La minorité indienne, principalement hindoue, liée historiquement aux plantations de caoutchouc voisines, est également importante. De nombreux Malaisiens sont employés dans la fonction publique, et Kampung Baru est l’un des rares quartiers résidentiels malais de la ville.
 
La banlieue industrielle de Sungai Besi (“Iron River”) compte des fonderies de fer et des travaux d’ingénierie, ainsi que des usines de transformation des aliments et du savon. La zone de Sentul et de la route d’Ipoh abrite des ateliers ferroviaires (montage et construction) et d’ingénierie ainsi que des scieries, et le ciment est fabriqué à Rawang, au nord. Alors que Kuala Lumpur possède un secteur manufacturier diversifié, la planification industrielle se concentre sur les banlieues adjacentes de Petaling Jaya et Batu Tiga, notamment dans le secteur de la haute technologie.
 
Kuala Lumpur est le centre bancaire et financier du pays ; les activités liées à ces services et à d’autres, notamment le tourisme, ont pris de l’importance. Le gisement de charbon local de Batu Arang et la centrale thermoélectrique de Connaught Bridge, près de Kelang, sont les principales sources, respectivement, d’approvisionnement en combustible et en électricité de la ville.
 
Kuala Lumpur, avec sa position centrale en Malaisie péninsulaire, est la plaque tournante du système de transport de la péninsule, et des lignes ferroviaires et des routes principales en partent. Les services aériens sont principalement assurés par l’aéroport international de Kuala Lumpur, situé à environ 50 km au sud, à Sepang. La ville elle-même dispose d’un vaste réseau de routes à plusieurs voies et d’autoroutes express, bien qu’elles ne soient pas adaptées au nombre croissant de voitures et de camions. Un système de transport en commun par rail léger, inauguré en 1996 et composé de trois lignes interconnectées, a quelque peu réduit les embouteillages.
 
monorail train Kuala Lumpur Malaysia
 
Il existe plusieurs hôpitaux et cliniques d’État, dont un centre moderne de lutte contre la tuberculose et l’Institut de recherche médicale bien équipé (1900). L’Institut de recherche sur le caoutchouc (1925) et la Radio et la Télévision de Malaisie y ont leur siège. L’université de Malaya a été fondée à Kuala Lumpur en 1962. Le Tunku Abdul Rahman College y a été établi en 1969, suivi par l’International Islamic University Malaysia en 1983. En outre, l’Université nationale de Malaisie, de langue malaise, a ouvert ses portes à Kuala Lumpur en 1970 ; le campus principal se trouve maintenant dans la ville voisine de Bangi, mais il y a toujours une succursale dans la ville.
 
 
Night view Kuala Lumpur Malaysia foreground Al Asyikin
 
Lake Gardens, qui s’étend vers l’ouest à partir de la rivière Kelang, en face du centre ville, est une vaste ceinture verte contenant des jardins d’orchidées et autres, des zones de vie sauvage, le Parlement, le Musée national de Malaisie (1963), le Musée des arts islamiques de Malaisie (1999) et le Planétarium national (1993). Une zone naturelle plus petite, la réserve forestière de Bukit Nanas (“Pineapple Hill”), se trouve juste au nord-ouest du Triangle d’or. À proximité se trouvent la National Art Gallery (1958), la National Library of Malaysia (1966) et le National Theatre.
 
Parmi les bâtiments municipaux notables, citons le bâtiment de style mauresque Sultan Abdul Samad (anciennement le bâtiment du Secrétariat), la mosquée nationale (Masjid Negara), plus contemporaine, et l’ancienne mosquée du sultan (Masjid Jame), qui se trouve sur une péninsule à la jonction des rivières Kelang et Gombak, dans le centre-ville. Juste au sud de la ville se trouve le National Sports Complex, construit pour les Jeux du Commonwealth de 1998 ; parmi ses nombreux sites sportifs se trouve le National Stadium, d’une capacité de 100 000 places.
 
Le National Zoo and Aquarium se trouve à une courte distance à l’est. À la limite nord du territoire fédéral se trouvent les grottes de Batu (“Rock”), un complexe de grottes calcaires comprenant un affleurement de 122 mètres de haut auquel on accède par des centaines de marches, qui contient un temple hindou et est le théâtre d’un festival élaboré, le Thaipusam, en l’honneur de la divinité hindoue Subramaniam (ou Skanda). À une courte distance au nord des grottes se trouve le parc Templer, une réserve de jungle.
 
Murugan statue Batu Caves Malaysia Kuala Lumpur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.